Où boulotter rue de Paradis ?

La rue de Paradis dans le 10ème est en train de devenir la rue du paradis de la food. Beaucoup d’adresses veggie mais pas que : il y a aussi la meilleure planque à panini de Paris, l’adresse de la plus scandaleuse des brioche perdue et le bistro qui emmène la fourchette entre France et Brésil.

  • Pressing

Il y a panini et panini.
Il y a ceux qu’on mangeait à la cafet’ au lycée, entre deux cours de SVT, même que c’était bien plus cool que de manger à la cantine. Et puis le midi il y a les panini de Pressing, des panini de chefs avec produits sourcés de méga qualité.
La baffe c’est ce pain de chez Gontran Cherrier qui est d’une croustillance fabuleuse.
A manger avec les doigts, évidemment.

Où ? 1 bis rue de Paradis, Paris 10ème.

  • 14 Paradis

Au numéro 14, Alexandre Ney accueille avec le grand sourire et Hugo Pinto cuisine comme il a si bien appris chez Michel Troisgros et Cyril Lignac : les deux font la paire pour faire passer le bon moment.
Dans les assiettes du chef, il y a la générosité, les saisons, les bonnes cuissons et les sauces qui font plaisir.
Les yeux rivés sur les photographies bleu piscine de Slim Aarons et sur le mur street art option auréole, on passe du saumon signature comme un sashimi cru-cuit avec une sauce umami qui fait saliver, au magret caramélisé, puis à la fameuse et scandaleuse brioche perdue au caramel beurre salé.
La nouvelle carte joue à fond sur les tapas, pour profiter de l’été, trinquer et partager un fish & chips, un tarama à la truffe ou un ceviche de daurade royale au fruit de la passion avec vue sur la rue bouillonnante.

Où ? 14 rue de Paradis, forcément.

  • Bistro Paradis

Brazil vibes par ici ! Ça cuisine français, du côté bistronomique de la force, mais avec des notes brésiliennes qui sonnent comme un air de samba. Cette table, c’est un voyage entre la France et le Brésil et c’est aussi une histoire d’amitié entre le chef brésilien Alexandre Furtado et Yoann Dinh qui prend soin des vins et des gens.
Au déjeuner, c’est le bon plan du quartier avec une cuisine travaillée à prix si doux (menu à 18 ou 23€) : pour preuve, cette petite bombe d’œuf mollet pané en croûte d’herbes avec quinoa et émulsion aux morilles.

Où ? 55 rue de Paradis, Paris 10ème.

Marie

Anna, table à partager

Que ceux qui aiment déjà Tannat, viennent trinquer chez Anna à coup de caipi passion-estragon ou de jolies quilles natures.

Chez Anna, on partage. C’est la grande mode mais pas de déjà-vu ici dans ce nouveau bar à manger du 11ème, les assiettes passent du côté frenchie de la force – soupe à l’oignon, pâté en croûte – à un visage plus exotique – ceviche, riz soufflé, churros de poulpe.

Lire la suite de « Anna, table à partager »

3 desserts au chocolat qui valent le détour

Du chocolat en veux-tu, en voilà.

  • La mousse de Mensae

Il y a mousse et mousse. Chez Mensae, la planque bistronomique de Thibault Sombardier, la mousse au chocolat praliné est préparée et chauffée au siphon, et débarque avec une glace vanille et du streusel cachés en dessous. Tu visualises le cœur d’un fondant au chocolat ? Et bien là, c’est pareil, mais c’est que le cœur du fondant. Il y a aussi la fleur de sel qui rend cette mousse magique.

Un dessert qui fait revenir.

Mensae, 23 rue Melingue, Paris 19ème. Métro Jourdain.

Lire la suite de « 3 desserts au chocolat qui valent le détour »

Chez Minnà, la tablée corse

Rue d’Hauteville dans le 10ème, un îlot vert comme le maquis invite le badaud à embarquer pour la Corse.

Un olivier par là, des photos vieillies et une guitare par ici : ça sent bien le soleil et les vacances, avec ce supplément d’âme et d’histoire en plus. Minnà pour « grand-mère », le surnom qu’on leur donne dans la partie sud de l’île, et pour le côté super convivial et généreux qu’il y a ici entre les murs.

DSC_1246

Lire la suite de « Chez Minnà, la tablée corse »

TOUS, produits de saison et coeur sur la main

« Cher TOUS,

Chez toi, ça sent les copains, les produits de saison et la franche rigolade. Ça sent aussi la cuisine qu’on aime avec le produit au cœur et une bonne dose de créativité qui décline chaque produit en deux versions – dorade poêlée ou en tartare, poulet en suprême cuit à basse température ou en cordon bleu avec chorizo et piment d’Espelette, boeuf en paleron confit 8h ou en ravioles avec émulsion de lard -. Dans ta maison, on a du mal à choisir et c’est bon signe, tout est tentant et charmant, mais surtout le maxi gorgonzola servi à la cuillère !

Entre tes murs, on a entendu rigoler, trinquer, se battre pour le dernière part de baba au rhum et dire « oh la la, c’est osé la déco dans les toilettes ». Il y a par ici des bonnes ondes et des bonnes âmes, qui veulent faire plaisir et qui accueillent comme à la maison. D’ailleurs, ce sont des endroits comme ça qui donnent envie d’être déjà des habitués alors que c’est la première fois. »

DSC_0806

Lire la suite de « TOUS, produits de saison et coeur sur la main »

La Buvette, le secret le mieux gardé de Mademoiselle Bruxelles

Dans le quartier bobo/hipster de Saint-Gilles à Bruxelles, se cache une table qui vaut à elle seule le coup de sauter dans un train pour rejoindre la capitale belge. On ne plaisante pas du tout.

La Buvette, une ancienne boucherie chevaline encore dans son jus – les carcasses en moins-, est l’adresse confidentielle et absolument divine de l’alsacien Nicolas Scheidt, passé par les cuisines d’un certain Jamie Oliver.

IMG_0661 Lire la suite de « La Buvette, le secret le mieux gardé de Mademoiselle Bruxelles »