3 adresses quand l’envie de crêpes est trop forte !

Avec du beurre dedans, moelleuses et bien dorées, généreuses, classiques ou originales, avec un œuf miroir pour les galettes, du caramel beurre salé pour les crêpes et arrosées avec du cidre fermier !

La Crêperie Bretonne

Envie pressante de crêpes bretonnes un soir du côté de Montparnasse avant d’aller au théâtre ! A savoir, il y a une rue des crêperies à Paris – la rue du Montparnasse – : en comptant à la louche, il y a près de 20 crêperies dans cette rue ! Ce soir-là, on choisit un peu au hasard et là, bonne pioche : à La Crêperie Bretonne, les galettes sont bien dorées au beurre. C’est vraiment le bon plan pour manger avant un spectacle ou une pièce de théâtre dans ce quartier.

La Crêperie Bretonne, 56 rue du Montparnasse, Paris 14ème / Métro Vavin ou Edgar Quinet.

Brutus

« Cidrologue & Crêpophile », si c’est pas mignon ! Direction les Batignolles pour une soirée crêpes et cidre chez Brutus.
En apéro ? La galette roulée au jambon, emmental et pesto maison avec le cidre du jour à l’ardoise. Il y a du lourd ici côté cidre, avec près de 25 références et des cocktails au cidre et au poiré.
Et après ? Les galettes à la farine de sarrasin de leur moulin en Bretagne ont toutes des petits noms vintages – Yvonne, Paulette ou Lucienne – mais on penche pour Annette avec son jambon truffé, ses champignons et son Beaufort. Bien généreuse cette chère Annette !
En dessert ? Ici il faut vraiment goûter le caramel au beurre salé : une petite merveille !

Brutus, 99 rue des Dames, Paris 17ème / Métro Rome.

Breizh Café

Bertrand Larcher ne fait pas les crêpes comme tout le monde ! Son cœur balance entre la Bretagne de son enfance et le Japon, son pays d’adoption : ça tangue du coup entre l’andouille de Guéméné bretonne et les shiitaké, le tofu, le sésame, le matcha et le yuzu purement japonais.
En apéro ? Des huîtres 3 étoiles de Prat-Ar-Coum bichonnées par Yvon Madec ou des chips de sarrasin croustillantes à tremper dans le tarama bien puissant de la Maison Barthouil (A lire aussi : « C’est quoi un bon tarama ? ») et un cocktail entre Japon et Bretagne dans le bar caché au sous-sol de Breizh Café Montorgueil (j’ai adoré le Shashu San au Gin H2B, cidre brut, gingembre, citron vert et estragon).

Et après ? Une galette au sarrasin bio de Bretagne à l’andouille de Guéméné, confit d’oignons, œuf miroir bio, comté et crème de moutarde ou la Breizh Roll aux champignons et on arrose avec une bouteille de cidre Divona 2017.
Beurre Bordier, œufs bio, chorizo du Pays basque ou jambon blanc artisanal de Bretagne : la carte est pointue et ose la nouveauté !
En dessert ? Caramel beurre salé maison et glace au sarrasin.

Breizh Café Montorgueil, 14 bis Rue des Petits Carreaux, Paris 2ème / Métro Sentier.

To be continued dès que je teste d’autres crêperies…

Marie