Une Part en Plus : quand les chefs soutiennent Action contre la Faim

Du 14 novembre au 1er décembre, des chefs s’engagent pour soutenir Action contre la Faim avec l’opération Une Part en Plus.

Action contre la Faim souffle cette année ses 40 bougies et n’a pas fini d’agir pour l’accès à l’alimentation pour tous ; en 2018, l’organisation est venue en aide à près de 21 millions de personnes dans 50 pays grâce à des projets liés à la nutrition, la santé ou encore l’accès à l’eau.

Une Part en Plus, comment ça marche ?
Chaque restaurant a prévu un plat ou un menu spécial pour l’opération dont 10% sera reversé à Action contre la Faim. Avec Une Part en Plus, le fait d’aller au restaurant se transforme en acte solidaire !

« La cuisine est le point commun de chaque être humain sur terre ». Christophe Saintagne, Chef de Papillon.

C’est où ?
Dans cinq villes de France : Paris, Lyon, Strasbourg, Lille et Menton dans 34 restaurants.

A Paris, foncez découvrir ces adresses :

– la Brasserie Bellanger de Victor et Charly
– les restaurants du chef Pierre Sang
– FIEF, le tout nouveau restaurant du Top Chef Victor Mercier
– Papillon, la très belle table de Christophe Saintagne
– l’Escudella de Pierre-Arthur Berlan
– la Régalade de Bruno Doucet
– les Niçois et Yatch Club, deux adresses qui sentent bon le soleil
– la Table de Maïna
– le Rigmarole
– Juveniles
– Daroco, le spot italien
– le Bistrot Paul Bert
– A Noste de Julien Duboué
– Nomikaï, la table de Bérangère Boucher qui propose une cuisine en mode tapas du marché
– Wild and the Moon

Tous les restaurants participants à découvrir ici.

Pour fêter ses 40 ans d’actions et d’engagements, Action contre la Faim sort aussi le livre « Ce que je vois – Photographier pour témoigner » avec des reportages dans quatre pays, Jordanie, Guatemala, Bangladesh et Côte d’Ivoire créés dans le cadre d’ateliers photo organisés sur place avec des bénéficiaires de l’organisation. Ce n’est donc pas un photographe, reporter ou journaliste qui a réalisé le livre mais bien des locaux sur place pour raconter leur vie, leurs espoirs, leurs difficultés et leurs projets à travers leurs propres yeux.

Que ce soit avec le livre ou en allant au restaurant, voilà deux façons de soutenir Action contre la Faim en apportant sa pierre à l’édifice.

 

Marie

 

Quand le chocolat Weiss rencontre le street-artiste PEC

Au Salon du Made in France à la Porte de Versailles à Paris jusqu’au 11 novembre, c’est la rencontre entre deux mondes, celui du chocolat et du street art.

Depuis 137 ans, Weiss a l’art d’assembler le bon et le beau grâce à son savoir-faire d’artisan reconnu par le label d’état « Entreprise du Patrimoine Vivant » depuis 2014 , son engagement made in France – du lait jusqu’aux packaging – et le choix des meilleurs ingrédients, sans huile de palme, sans OGM, sans gluten, sans colorant artificiel et avec les meilleures fèves et fruits secs pour les pralinés.
Cette maison de chocolat originaire de Saint-Etienne a trois casquettes, celle de chocolatier bean-to-bar (de la fève à la tablette), de pralinier et de confiseur.

Et pourquoi une collection autour du street art ?

Le street-art a ce côté surprenant, décalé, coloré et rassembleur qui colle complètement à Weiss. Le créatif Eugène Weiss, fondateur de la maison, avait une âme d’artiste et s’inspirait déjà d’autre univers comme la mode et le design pour ses boîtes de chocolat à l’époque : il aurait forcément été séduit par les créations pleine de fantaisie de l’artiste PEC.

Depuis 30 ans, l’artiste-graffeur lyonnais transforme la rue en galerie d’art bien avec ses drôles d’oiseaux décalés et colorés qui mettent des couleurs dans la ville et des sourires aux joues des passants. C’est beau de faire rêver les gens avec des bombes de peinture !

Pour les fêtes, ce n’est pas un mais deux calendriers de l’Avent « PersPectives » que PEC à relooké, garnis de ganaches, pralinés, napolitains et pâtes de fruits enrobées de chocolat. A shopper en ligne sur le site Weiss au prix de 24,90€.

Impossible de ne pas craquer pour la très gourmande tablette de chocolat au lait 38%, pain d’épices et billes de riz soufflé et son emballage à croquer avec le petit biscuit pain d’épices dessiné par PEC. Bel équilibre sur la tablette de chocolat noir fumé 65% et gingembre et souvenirs d’enfance avec le coffret Crock’ines et ses langues de chat en chocolat.

> Stand Weiss C70 à découvrir jusqu’à lundi au MIFEXPO avec la collab’ de Noël Weiss x PEC.

> 5 boutiques Weiss en France : deux à Saint-Etienne, Lyon, Strasbourg et Clermont-Ferrand.

Marie

 

Chefs de Gare, 7ème édition : « Les terroirs prennent le pouvoir » !

« Les terroirs prennent le pouvoir » dans les gares et c’est beau à voir !

Du 7 au 13 octobre, 37 gares de France célèbrent la gastronomie et les terroirs avec la 7ème édition de Chefs de Gare : au programme, des dégustations, marchés d’artisans, menus spéciaux, food trucks, concours de cuisine pour amateurs et shows culinaires proposés par des grands chefs avec des recettes de saison.

Top départ de Chefs de Gare à la Gare Saint-Lazare avec 5 chefs étoilés qui ont régalé les parisiens et les voyageurs. A chaque chef, sa région : la Normandie pour Eric Frechon, la Bretagne pour Christian Le Squer, Paris pour Thierry Marx, la Lorraine pour Michel Roth et la région Rhône-Alpes pour Michel Rostang.

Lire la suite de “Chefs de Gare, 7ème édition : « Les terroirs prennent le pouvoir » !”

Chapon, de la fève à la tablette.

Il faut rencontrer Patrice Chapon pour décoder les tablettes de chocolat Chapon, pleine de couleurs et de voyages. Ce passionné de la fève est aussi un grand enfant, un grand rêveur et un grand voyageur. Obsédé par la matière première brute, il part dénicher ses pépites autour du monde depuis 35 ans, les bichonne puis les transforme ensuite en tablettes & autres créations. Un travail sincère et engagé, de A à Z.

Lire la suite de “Chapon, de la fève à la tablette.”

Food trip au Mexique, de Mexico à Mérida

Le Mexique que l’on a découvert, ce n’est pas celui que l’on voit dans les médias : pas de spring break en vue, ni de cartels de drogue. On a vu un Mexique plein de couleurs, de piments, de musique et de gens adorables avec la découverte de la capitale du mezcal, la régalade avec les tortillas mangées dans la rue avec les locaux, un cours de cuisine authentique dans un petit village, la baignade dans les cenote sacrés et les visites des temples mayas entourés de mystères.

Notre itinéraire en 14 jours en février, en bus de Mexico à Merida :
Mexico – Puebla – Oaxaca – Santa María Huatulco – San Cristobal de la Casas – Palenque – Mérida

Moyen de transport : bus. Le réseau de bus est très bien développé au Mexique, nous avons pris les bus ADO première classe qui étaient confortables avec clim et toilettes à bord (on vous déconseille les bus 2ème classe qui n’ont pas la clim et où l’espace pour les jambes est réduit), et nous avons parfois opté pour des bus de nuit pour avancer sur les longues distances.

Lire la suite de “Food trip au Mexique, de Mexico à Mérida”