Quand le chocolat Weiss rencontre le street-artiste PEC

Au Salon du Made in France à la Porte de Versailles à Paris jusqu’au 11 novembre, c’est la rencontre entre deux mondes, celui du chocolat et du street art.

Depuis 137 ans, Weiss a l’art d’assembler le bon et le beau grâce à son savoir-faire d’artisan reconnu par le label d’état « Entreprise du Patrimoine Vivant » depuis 2014 , son engagement made in France – du lait jusqu’aux packaging – et le choix des meilleurs ingrédients, sans huile de palme, sans OGM, sans gluten, sans colorant artificiel et avec les meilleures fèves et fruits secs pour les pralinés.
Cette maison de chocolat originaire de Saint-Etienne a trois casquettes, celle de chocolatier bean-to-bar (de la fève à la tablette), de pralinier et de confiseur.

Et pourquoi une collection autour du street art ?

Le street-art a ce côté surprenant, décalé, coloré et rassembleur qui colle complètement à Weiss. Le créatif Eugène Weiss, fondateur de la maison, avait une âme d’artiste et s’inspirait déjà d’autre univers comme la mode et le design pour ses boîtes de chocolat à l’époque : il aurait forcément été séduit par les créations pleine de fantaisie de l’artiste PEC.

Depuis 30 ans, l’artiste-graffeur lyonnais transforme la rue en galerie d’art bien avec ses drôles d’oiseaux décalés et colorés qui mettent des couleurs dans la ville et des sourires aux joues des passants. C’est beau de faire rêver les gens avec des bombes de peinture !

Pour les fêtes, ce n’est pas un mais deux calendriers de l’Avent « PersPectives » que PEC à relooké, garnis de ganaches, pralinés, napolitains et pâtes de fruits enrobées de chocolat. A shopper en ligne sur le site Weiss au prix de 24,90€.

Impossible de ne pas craquer pour la très gourmande tablette de chocolat au lait 38%, pain d’épices et billes de riz soufflé et son emballage à croquer avec le petit biscuit pain d’épices dessiné par PEC. Bel équilibre sur la tablette de chocolat noir fumé 65% et gingembre et souvenirs d’enfance avec le coffret Crock’ines et ses langues de chat en chocolat.

> Stand Weiss C70 à découvrir jusqu’à lundi au MIFEXPO avec la collab’ de Noël Weiss x PEC.

> 5 boutiques Weiss en France : deux à Saint-Etienne, Lyon, Strasbourg et Clermont-Ferrand.

Marie

 

Chapon, de la fève à la tablette.

Il faut rencontrer Patrice Chapon pour décoder les tablettes de chocolat Chapon, pleine de couleurs et de voyages. Ce passionné de la fève est aussi un grand enfant, un grand rêveur et un grand voyageur. Obsédé par la matière première brute, il part dénicher ses pépites autour du monde depuis 35 ans, les bichonne puis les transforme ensuite en tablettes & autres créations. Un travail sincère et engagé, de A à Z.

Lire la suite de « Chapon, de la fève à la tablette. »

12 adresses pour manger des pasta du tonnerre

C’est par ici la Pasta Party à Paris : des fraîches, des al dente, des aux blés anciens, avec plein de fromage, enrobées dans des bouillons ou des sauces tomate à lécher.

Caterina

Le chef napolitain Nicolas Iovine a hissé le drapeau italien à deux pas du Moulin Rouge avec sa trattoria qui sert des plats de pasta méga généreux, comme ses cacio e pepe riches en poivre et en fromage. Goûtez aussi ses arancinis et ses polpette à la sauce tomate, elles sont divines, toute en simplicité, avec le goût authentique de l’Italie.
Caterina / 7 Avenue Rachel, Paris 18ème / Métro Blanche.

Lire la suite de « 12 adresses pour manger des pasta du tonnerre »

Best chicken in town

Chicken Vibes in Paris, du poulet frit au bon vieux poulet rôti !

Rhino Rouge

Jamais vu une cuisson aussi folle que celle du beer can chicken du Rhino Rouge : la technique est bien connue aux Etats-Unis et revient à mettre une canette de bière dans les fesses du poulet pour le parfumer et le rendre ultra tendre. Ça donne un chicken à tomber à accompagner absolument de patates rebelles et de la sauce barbecue maison avec une pointe de café.
Rhino Rouge / 2 rue Théophile Roussel, Paris 12ème.

Lire la suite de « Best chicken in town »